Samedi 18 novembreECPC Gonfreville l’Orcher

19hentrée libre

 

Cérémonie d’ouverture

Ouverture et présentation du programme par les jeunes organisateurs, mis en scène par Pierre Richards

A cette occasion, trois courts métrages réalisés par des jeunes de l’association seront  diffusés:

Le Havre cette loose

Film De Mathilde Colleter et Mélanie Palfray
Fiction, 3’

Un film réalisé dans le cadre d’un atelier organisé par l’association Le Havre de Cinéma, avec l’objectif de réaliser un film en une après-midi avec plusieurs contraintes : peu de montage, titre inclut dans un plan séquence et moins de 5 minutes.

Les biches

De Arnaud Delmarle , Mélanie Palfray, Salim Hamzaoui, Mathilde Colleter
Fiction, 5’

Trois femmes découvrent les plaisirs de Trouville sur Mer en une journée touristique pour senior et les gourmandises qu’elles y trouvent.
Le film a été réalisé en 48 heures dans le cadre d’un des Kinos que propose le festival de Off courts à Trouville.

Welcome to jungle

De Elwenn Adolphe, Romain Danton et Nathan Lepiller
Documentaire, 7,20’

Welcome to Jungle est un court métrage documentaire qui tente de montrer des points de vue différents sur la « Jungle » de Calais. Un documentaire fort en témoignages. Film réalisé dans le cadre de l’option cinéma audiovisuel facultative au lycée Jean Prévost pour le bac 2017.

Extraits de films d’archives

Des extraits de films d’archives issus des collections de la Mémoire Audiovisuelle du Pôle Image Haute-Normandie  ont été sélectionnés par une partie des jeunes de l’équipe afin de vous proposer 3 courts montages originaux de ces images inédites diffusés lors de l’ouvertrue, soirée du court-métrage au Sirius, à la clôture du festival et en continu dans l’espace Culturel de la Pointe de Caux scénographié . Un regard sur la famille,  tourné  par des cinéastes amateurs entre 1938 et 1969 en Normandie évoquant jeux, promenades en forêt, construction de châteaux de sable, leçons de pianos et fêtes de famille par le prisme de leurs petites caméras 8mm ou 9,5mm.

Montage et production : Pôle Image Haute Normandie
Remerciements aux famille Ansselin, Absire, Coquet, Grandserre, Louiggi et Nouel

La cérémonie d’ouverture sera suivie d’un cocktail offert par la Ville de Gonfreville l’Orcher 

21h 9€/4,50€/2,25€

CINE CONCERT : Les fils de Buster

2 courts métrages de Buster Keaton, mis en musique en direct par Les fils de Teuhpu
One Week (22 min / 1920)
Sherlock Junior (44 min / 1924)

Buster Keaton

Est une référence du cinéma burlesque cité comme son modèle par Charles Chaplin.
Il apprend le métier de comique dès son plus jeune âge avec son père et forme, à partir de 1907, un numéro de spectacles burlesques à cinq avec son frère Harry Stanley et sa sœur Louise née en 1906. Engagé en 1917 à Boradway dans une revue musicale The Passing Show, il ne se présente pas à la première, il a signé un contrat quelque temps auparavant avec la Comique Film Corporation5. Il fait ses grands débuts d’acteur de cinéma muet avec Roscoe « Fatty » Arbuckle. Son expérience sur les planches lui permet d’acquérir une technique corporelle exceptionnelle, mais la piètre qualité de ses premiers spectacles lui a donné le désir de faire des films dont les mises en scènes sont soignées. Durant les années 1920, Keaton réalise et interprète une dizaine de films qui feront date dans l’histoire du cinéma. Il y crée un personnage introverti mais téméraire, toujours en quête d’amour.

Les Fils de Teuhpu

Fanfare de rue et de scène, joyeux drilles et musiciens touche à tout, les Fils de Teuhpu explorent le genre avec un style déjanté. Ce groupe aux 3 albums et plus de 1000 concerts s’offre une escapade jouissive et sonore devant ou derrière l’écran de Buster Keaton. Naviguant sur One Week entre un hard bop peu conventionnel et l’improvisation « cartoonesque », ils prennent le parti de méler instruments acoustiques (banjo, cuivre…) et bruitages rappelant Tex Avery et Spike Jones. Ils délivrent des pièces musicales abouties qu’aurait pu siffler Buster Keaton, « l’homme qui ne rit jamais ».
Avec Sherlock Junior le rythme du film implique une autre approche entrainant les musiciens vers des sonorités plus électriques (guitare, basse, claviers…) et insolites (theremin, tanzanite, chambre d’écho et autres effets…) proche de l’univers des films et séries 60’s (Lalo Shiffrin, Star Trek, Michel Magne, Vladimir Cosma…); l’éclectisme musical modernise la perception de l’histoire, dont l’humour reste le fil conducteur.
« La surprise est l’élément principal, l’insolite notre but et l’originalité notre idéal. » B. Keaton

Partager